Aboutage sans retour
Aboutage sans retour
acrylique sur toile - 50 x 73 cm - 2010
Retour ? Demi-tour ?
Regret ? Abandon ?
Tant de mots qui peuvent exprimer cet impact qui, au bout de ce chemin, nous obligera à revenir sur nos pas.
Et pourtant…

Arrivé à ce point final, mon regard se posant sur l'autre versant, rendant ainsi la situation encore plus difficile à accepter par sa visibilité, mon raisonnement s'enivre de sagesse alors.
Certes, aussi facile d'accès à vol d'oiseau ou même par voie navigable, cela me pose cependant l'antagonisme de cette limite dans ma volonté de continuité.
Baigné dans ma logique rationnelle, je n'ai alors d'autre solution que de faire demi-tour et revenir sur mes pas.

Mais c'est alors que je me pose la question, est-ce là finalement un "vrai" retour ?
Car était-ce là une vraie fin, un vrai bout ?

Quel qu'en soit le raisonnement immanent, ce mot "retour" s'apparente ici au regret, à l'abandon de ma course ou mon impulsion, à la fin de ma promenade. Je ne peux alors, à part regarder, en désœuvré, en face, l'autre point, que me retourner et regarder derrière moi.

La voilà, la seule issue physique de cette réalité. La seule solution à cette retenue.
La logique me fait vite comprendre que, si, me trouvant de l'autre côté, je me retrouverais dans la même impuissance.

La même scène m'y attend déjà aussi, m'arrêtera aussi facilement dans mon élan. Elle m'empêchera alors d'avancer. Et cela, je pense, à chaque bout de chemin on peut alors retrouver cette impuissance, cette inutilité.

La question se pose alors, comment faire ?

Revenu sans pouvoir repartir, immobilisé entre ces deux bouts, l'incertitude et l'indécision me possèdent et s'amusent alors avec mon raisonnement.
L'incertitude… Lequel est le "bon" bout ? Et si…
Conditionnel interminable…

A condition de trouver le "bon", que faire sinon que de revenir, en regrettant, pour joindre l'autre extrémité qui à son tour, nous empêchera et nous mandera à la même incertitude…
Seul un pont peut alors briser ce doute, cette insupportable situation. Et encore que…

Plus loin… Beaucoup plus loin, à un autre endroit, quel que soit le chemin parcouru, une fin certaine nous y attendra? Peut-être alors sera le dernier et vrai "aboutage sans retour"…
Celui où tous les regrets tomberont, le demi-tour impossible à réaliser, l'abandon inutile et impossible.
Ce sera la fin… Une simple et anodine fin de plus… On ne pourra alors jamais compter les fins, les sans retours, les incertitudes, les inutilités… ces interminables aboutages…

Fin…

Copyrigth © www.120nitay.fr - tous droits réservés- toute reproduction interdite