L'Aube de l'hoir
L'Aube de l'hoir
huile sur toile – 130 x 89 cm – 2007
Voilà très, très longtemps, que je cherchais une forme de technique si j'ose dire.
Sans savoir, j'ai toujours cherché à me rapprocher d'un moyen de peindre un effet de fusion.
Explication…

Dans mon soi-disant "style" (mot que je n'apprécie pas du tout), à la manière des vitraux, un filet fin de couleur divise et équilibre la répartition des couleurs. Cette division ne m'a, à priori, jamais vraiment plu.

En effet, dans mes travaux je ne cherche pas du tout à diviser ou à éclater le sujet, mais à unir en tout en divisant.
L'union par la division ! Une sorte de rangement de l'harmonie...
Ce que j'essaye, c'est de la réduire à un essentiel sans qu'elle soit divisée ou répartie. En réalité, voilà une mission en apparence impossible, du moins assez complexe à réaliser.

Mieux m'expliquer. En prenant en exemple une simple pomme peinte.
On pourrait, en divisant au maximum l'harmonie des jaunes et des rouges qui la composent,ainsi que toutes les nuances s'y trouvant, obtenir des milliers de micro-surfaces différentes en colorimétrie mais qui, une fois rassemblées nous montreraient la pomme dans son ensemble.
Chacune de ces micro-surfaces aurait sa propre couleur et sa propre nuance. Mais il faut l'ensemble pour constituer la pomme dans son ensemble.
Une seule manque et la pomme n'est plus complète.
Isolée, cette micro surface ne "parle" absolument pas et ne nous dira encore moins ce qu'elle représente.

On n'y verra jamais une pomme. Il nous faudra l'ensemble de ces micro surfaces pour nous offrir l'image de la pomme. On peut donc en déduire que tout se tient.

Au départ j'ai donc voulu représenter ces petites surfaces qui composent en "décomposant" l'objet ou bien le sujet dans son ensemble, afin que se perçoive la division de l'harmonie. Qu'on puisse mieux comprendre de quoi elle est composée.

Alors ayant cherché le moyen, j'avais donc commencé par les séparer d'un filet de couleur sombre. Pourtant je me suis vite aperçu que les surfaces malgré tout fusionnent et créent une seule surface globale.
Comment parvenir alors à obtenir ce résultat? Diviser sans défaire l'harmonie de cette fusion ? Le trait sombre me gênait pourtant.Pas dans le sens esthétique mais dans le sens qu'il divisait trop l'ensemble en détruisant quelque peu l'harmonie.

Ce fut alors lors de la réalisation de ce tableau que j'ai pu comprendre et réaliser cette fusion éclatée de l'harmonie.
En réalisant alors ce tableau, un trait suggéré entre les surfaces n'empêche en aucun cas la fusion entre elles. Les couleurs adjacentes se tiennent en fusionnant, tout en restant des surfaces distinctes.
L'harmonie y est, le visuel de loin paraît uni.
Une belle victoire technique, un beau pas en avant dans mes intimes recherches.

"L'aube de l'hoir", la naissance de l'héritier...
Voilà un titre évocateur d'une étape majeure dans mon travail.
Comprendre pour réaliser. Oser pour vaincre.
Travailler pour obtenir.

Il me semble que je viens de véritablement renaître et je dois encore beaucoup, beaucoup travailler…
Chaque aventure de ce genre me fait en fait renaître.
Beaucoup reste à faire.

Copyrigth © www.120nitay.fr - tous droits réservés- toute reproduction interdite